Prise en charge de l’obésité : nous avons aussi un rôle à jouer

Retour aux articles
Comme tous professionnels de santé, nous faisons partie de la chaîne de prévention contre l’excès de poids, en progression constante dans notre pays. Le Dr Magalie Miolanne, nutritionniste au CHU de Clermont-Ferrand et coordinatrice du Centre Spécialisé de l’Obésité CALORIS pour l’Auvergne, fait le point sur les réflexes à adopter et les dispositifs de dépistage et d’accompagnement qui existent dans notre région, en vue d’une sensibilisation efficace et bienveillante de nos patients.

 

L’épidémie d’obésité continue-t-elle de progresser ?

Les derniers chiffres indiquent que 47% des adultes sont en excès de poids en France : 30% en surpoids et 17% en obésité. Et que c’est aussi le cas de 17% des enfants : 13% en surpoids et 4% en obésité. Mais ces données épidémiologiques remontent à l’avant Covid et la crise sanitaire a certainement eu un impact fort sur des situations de plus en plus complexes.

 

Comment nous, chirurgiens-dentistes, pouvons-nous agir ?

Les chirurgiens-dentistes, au même titre que les médecins ou les infirmiers scolaires, font partie de la chaîne de prévention. Vos conseils pour une meilleure hygiène bucco-dentaire, notamment pour ce qui est de la consommation de produits sucrés, peuvent en effet servir aussi à la prévention du surpoids. Vous êtes également très bien placés pour repérer les cas concernés, leur prodiguer des conseils de base et les orienter vers les bons interlocuteurs.

En veillant, c’est primordial, à ne pas tomber dans la stigmatisation et le jugement : les causes du surpoids sont multiples et il faut sortir de l’idée reçue qu’il suffit de faire un régime. Les régimes ne marchent pas et renforcent l’excès de poids. La prise en charge est bien plus globale et doit être proposée le plus tôt possible.

Vous pouvez donc repérer et orienter, mais il faut bien sûr que vous sachiez quoi dire à vos patients.

 

Des dispositifs faciles d’accès

 

Justement, quelles sont les informations que nous pouvons leur délivrer ?

Principalement qu’il existe en Auvergne-Rhône-Alpes des dispositifs de prise en charge de l’obésité efficaces, gratuits et situés à proximité de chez eux :

 

=> les cas les plus complexes sont pris en charge dans l’un des trois CSO, ou Centre Spécialisé de l’Obésité, situés dans les CHU de Lyon, Clermont-Ferrand et Grenoble.

 

=> concernant l’obésité infantile, le maillage territorial s’est également étoffé ces dernières années avec le déploiement des RéPPOP, pour Réseau de Prévention et de Prise en charge de l’Obésité Pédiatrique. Il en existe désormais dans chaque département : des professionnels libéraux formés (médecins, diététiciens et psychologues) proposent aux enfants un suivi de 1 à 2 ans, avec 3 à 9 consultations entièrement prises en charge par l’ARS.

 

En Auvergne, vous vous appuyez également sur un dispositif ‘’Article 51’’, qui a fait ses preuves et se déploie peu à peu sur de nouveaux territoires.

Tout à fait. Le dispositif PROXOB est aujourd’hui accessible dans les quatre départements de l’Auvergne, ainsi que dans une partie de l’Ardèche et de la Drôme. Il s’agit d’un accompagnement à domicile, gratuit et intégrant toute la famille dans la démarche. En s’occupant d’un enfant en excès de poids, on essaime les bonnes pratiques à toute la famille, souvent confrontée à la même problématique.

 

Cet accompagnement se traduit la première année par une série de 18 séances familiales à la maison, 6 avec un diététicien, 6 avec un enseignant d’activité physique adaptée et 6 avec un professionnel de la parentalité.

 

Où trouver les contacts à donner à nos patients ?

En Auvergne, nous avons un numéro de coordination unique : le 04 73 75 44 87. Le site web du CSO CALORIS, délivre également de nombreuses informations utiles. Pour les autres départements, nous avons publié une carte compilant les contacts des différents CSO et RéPPOP de l’Arc Alpin et de la Vallée du Rhône.

 

 

Rejoignez notre newsletter

 

Retrouvez toute l’actualité de votre URPS et de la profession dentaire sur notre newsletter bimestrielle.

En vous inscrivant, vous acceptez de vous conformer à la Politique
de confidentialité et aux Conditions d’utilisation de l’URPS