UFSBD : à quoi ça sert ?

Acteur de santé publique, l’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire), association loi de 1901 fondée en 1966, anime en Auvergne-Rhône-Alpes un réseau de praticiens. Quelles sont ses prérogatives ? Auprès de quels publics ? Les réponses à toutes ces questions avec le Docteur Anne Abbé-Denizot, pédodontiste à La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie) et secrétaire générale de l’UFSBD ARA (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire Auvergne Rhône-Alpes).

Quelles sont les missions de l’UFSBD ARA ?

L’essentiel de nos actions cible les populations situées en RRS (Ndlr : Réseau Réussite Scolaire), autrement dit dans des zones d’éducation prioritaire qui concentrent des familles en précarité sociale. Nous intervenons dans les écoles auprès des enfants de grande section de maternelle, alors qu’à l’origine, nous étions dans les classes de CP. C’est plus logique car les caries apparaissent chez de nombreux enfants bien avant 5 ou 6 ans. Nous avons ainsi déjà organisé des actions auprès de plus de 3500 enfants dans 10 départements et 38 communes d’Auvergne-Rhône-Alpes.

En quoi consistent ces actions ?

Dans les écoles, il s’agit d’opérations de sensibilisation des enfants, avec intervention dans la classe et ateliers « brossage » menés par un chirurgien-dentiste ou une assistante dentaire. Cette action est suivie d’un dépistage réalisé par les chirurgiens-dentistes de l’UFSBD. Les données recueillies sont ensuite transmises à l’infirmière scolaire avec différents niveaux d’urgence en fonction de la nature des soins. Les infirmières scolaires prennent en charge le suivi des urgences et sont parfois amenées à travailler en collaboration avec les assistantes sociales dans quelques cas extrêmes. Pour compléter l’encadrement des populations en territoire prioritaire, nous avons aussi des actions autour du bassin de vie des écoles ciblées. Nous intervenons auprès des professionnels de la PMI (Protection Maternelle Infantile). Ce sont des relais efficaces qui diffuseront nos messages de prévention auprès des jeunes parents.

Par ailleurs, nous cherchons à promouvoir la santé bucco-dentaire auprès de partenaires relais comme les sages-femmes. Nous organisons des séances d’éducation pour les étudiants(e)s afin de les sensibiliser à l’importance de la santé bucco-dentaire chez la femme enceinte. Nous sommes intervenus dans les écoles de Grenoble, Clermont-Ferrand et Bourg-en-Bresse.

D’autres publics sont-ils concernés par les initiatives de l’UFSBD en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Oui, nous avons diverses actions auprès des personnes âgées et de leur entourage. A la demande des maisons de retraite et autres établissements spécialisés, nous formons les personnels qui encadrent les personnes âgées et les personnes handicapées. La formation est programmée sur une journée. On enseigne en particulier les méthodes de surveillance de la santé bucco-dentaire ainsi que les protocoles de brossage individuel en fonction du type de dépendance.

Nous intervenons aussi parfois à la demande des crèches pour sensibiliser le personnel encadrant et en organisant des actions de motivation auprès des enfants de 2 ans. Cette journée se termine par une rencontre avec les parents.

Enfin, nous allons à la rencontre des étudiants en première année de CFA (Centres de Formation d’Apprentis) boulanger/pâtissier. Là encore, il est question de motivation et de dépistage auprès d’une population à risque professionnel car en contact permanent avec le sucre. Ces jeunes apprentis, issus souvent de milieux défavorisés, arrivent au CFA avec déjà, pour certains, un état bucco-dentaire préoccupant.  L’action comporte un volet éducation collective avec en plus un entretien individuel pour évaluer leur risque carieux individuel et les aider à prendre conscience de l’importance de la prévention compte tenu de leur future profession.

Qui finance toutes ces actions de l’UFSBD ?

Nos actions sont financées soit par des structures publiques, soit par des associations ou des établissements. Dans tous les cas, les fonds alloués financent le matériel et l’action sur le terrain. Pour autant, cela ne couvre pas la totalité des frais engagés. L’UFSBD ARA finance aussi en Bénévolat. Toutes ses actions nécessitent de l’organisation et de la coordination. La qualité du suivi et l’engagement des chirurgiens-dentistes bénévoles de l’UFSBD dans chaque département est le gage de la qualité de nos actions. Sans eux, aucune action ne serait menée à bien.Je profite de cette tribune pour remercier chacun d’entre eux, bénévoles ou soutiens par leurs actions en local et leurs cotisations, qui nous aident à assumer nos missions.

  • Pour l’action auprès des maternelles, c’est l’Agence Régionale de Santé qui indemnise les praticiens qui interviennent sur le terrain, à l’école.
  • Les actions dans les Ehpad et les établissements pour personnes handicapées peuvent être prises en charge par les établissements concernés.

L’action CFA est une action nationale. Tous les CFA de France sont sollicités. C’est une action qui est très appréciée et financée par le groupe d’assurance signataire de l’accord de branche de la profession des CD.

Il y a également des actions dont la mise en place et l’organisation se font sur la base du bénévolat. N’oublions pas les nombreuses actions locales qui se font par les UFSBD départementales.

Quels sont les projets, les grands chevaux de bataille de l’UFSBD en 2022 ?

Les chirurgiens-dentistes sont des acteurs majeurs de la santé de chaque citoyen.  L’UFSBD est l’organisme de santé publique de la profession. Elle doit continuer à militer pour promouvoir la santé bucco-dentaire, un marqueur social important comme l’a encore prouvé la crise sanitaire liée à la Covid-19.  On doit faire plus, pour améliorer la prise en charge des Français en général, et des populations défavorisées en particulier.

Pour cela, nous souhaitons développer et accentuer les collaborations avec tous les professionnels de santé, en particulier avec les sages-femmes et les pédiatres. L’UFSBD ARA n’a pas attendu la campagne des « 1000 premiers jours » lancée par Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, pour s’emparer de cette problématique du parcours bucco-dentaire de la mère à l’enfant !

Interview

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *