Virus : des lampes UV-C pour épurer l’air de vos cabinets

Épurer l’air de nos cabinets dentaires n’a jamais été aussi important. Et parce qu’il n’est pas toujours simple de systématiser une aération efficace, il peut être intéressant de miser sur une technologie dernier cri, mais déjà éprouvée : la lampe de désinfection par UV-C. On vous explique le principe.

Nous sommes bien placés pour savoir que les gestes barrières ont leurs limites. Bien malin celui, en effet, qui parviendra à réaliser des soins bucco-dentaires sans tomber le masque au patient ! Depuis le début de l’épidémie de la Covid-19, l’aération de nos cabinets fait donc partie des gestes que l’on s’astreint à réaliser pour réduire au maximum l’exposition de nos patients, mais aussi de notre personnel et de nous-mêmes.

Mais cette aération, en période de grand froid ou de forte chaleur, voire d’épisode de pollution atmosphérique, n’est pas toujours simple à réaliser. Votre URPS vous expose une solution complémentaire, susceptible de favoriser cette purification de l’air : la lampe à UV-C*. Cette technologie révolutionnaire, dont le développement s’est accéléré durant la crise sanitaire, repose sur un procédé connu : le recours aux UV comme éléments purificateurs, à l’image de ce qui existe déjà pour la désinfection de l’eau ou la stérilisation du matériel médical et autres blocs opératoires. Elle a l’avantage d’être simple à installer, puisqu’elle se présente sous la forme de lampes design et fonctionnelles, qui plus est de basse consommation (LED).
*Les UV-C sont les rayons à ultra-violet dont la longueur d’onde est la plus courte, et donc les plus énergétiques.

Comment ça marche ?

Une fois branchée, la lampe aspire l’air contaminé dans un tube, où il est désinfecté par les UV (qui rendent les virus inactifs en détruisant leur ARN) avant d’être expulsé, entièrement décontaminé et sans bruit, dans la pièce.

Le grand avantage, au-delà d’un nouvel éclairage sympa, est que cette technologie testée et certifiée en laboratoire P4 garantit la destruction de 99% des virus, germes ou bactéries présents dans une pièce en moins de 20 minutes. Le système est donc efficace contre TOUS ces virus (grippe, gastro, bronchiolite…) qui, colportés par les gouttelettes en suspension produites notamment par nos aérosols, nous empoisonnent chaque hiver.

Une solution complémentaire

Il est important de rappeler que cette désinfection en continu, en revanche, ne se substitue pas totalement à une aération classique et au port du masque. C’est ce que soulignent plusieurs médecins hygiénistes invités à donner leur avis. « La transmission du virus se fait majoritairement par gouttelettes. Lors de ses soins, le praticien est exposé aux projections : le masque et les lunettes demeurent donc bien les moyens de protection les plus importants. Et comme les gouttelettes sédimentent autour du malade, la désinfection des surfaces reste essentielle ».

Autre conseil à suivre, celui du positionnement de la lampe, « qui doit être installée, pour être efficace, le plus proche possible de la source d’émission des virus, donc de la bouche du patient. Si le praticien positionne la lampe sur son bureau, la cinétique d’élimination sera bien moins efficace ».

Vous êtes en recherche d’informations supplémentaires ? Contactez-nous sur l’adresse contact@urps-cd-ara.fr.

News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *